Metidos au Vélodrome

Posté le 30/04/2007 à 23:05 par m4fi3ux

C’est loin mais c’est beau…

Résumé du match (OMTV) :

Certains ont pris des raccourcis, certains ont eu peur en voiture, certains se sont faits taxer, certains se sont rappelé qu’ils avaient un cousin, certaines aiment maître Kanter :roll: certains ont apprécié leurs 3 gambas :mrgreen: les autres ont eu mal au ventre, certains ont finis la pinte d’autres :oops: certains travaillaient le lendemain :index: certains ont souris sur le 1er but, certains ont hurlé “devant !” d’autres “allez Samir ! putin Djibril ! bien Lorik ! etc……………………..”, certains sont restés assis sur les buts marseillais (ok pas sur le dernier :qs: ), certain ont dit “allez l’OM” mais ne le diront plus :tut: certains ont appris la règle du goal-average mais ont déjà dû l’oublier :TFR8C: certains n’aiment pas se faire coller au cul, d’autres ont le cul qui s’enflamme, certains n’ont pas chié du week-end, d’autres ont chié pour eux, tous ont fait 3 mc Do en 2 jours 2 mc Do en 3 jours et aiment les fraises Tagada :ron:
restoMars

ça fait plaisir…

Posté le 23/04/2007 à 14:16 par le_nombril

om.jpg

Pas de record pour Lyon !!!

Posté le 23/04/2007 à 00:33 par le_nombril

:not_happy: En effet, les faux olympiens de Lyon se rassurent sur l’intêret de leur saison en parlant de record mais il n’en est rien puisque Rosenborg a gagné 13 fois consécutives le championnat de Norvège.
Entrer dans des considérations de l’ordre des “championnats majeurs” et “petits championnats” est très acrobatique, surtout pour une équipe française… D’anglais, d’espagnols ou d’italiens, passe encore, mais venant de français, de tels propos semblent vraiment déplacés.
Cela dit, la 5ème place de ce classement n’est en soit pas une mauvaise performance pour Lyon puisqu’ils se classent aussi derrière les Rangers, le Celtic Glasgow et Kiev (9 sacres de rang pour chacune de ces équipes).

FUCK LYON !

Messi = Maradona ?

Posté le 22/04/2007 à 23:21 par m4fi3ux

Inter : Enfin le Scudetto !

Posté le 22/04/2007 à 23:11 par m4fi3ux

Dix-huit ans après son dernier titre gagné sur le terrain, l’Inter est sacrée championne d’Italie à cinq journées de la fin du championnat grâce à sa victoire à Sienne, avec un doublé de Materazzi (1-2), et à la défaite, dans le même temps, de l’AS Roma sur la pelouse de l’Atalanta Bergame. SIENNE - INTER MILAN: 1-2
Buts: Negro (21e) pour Sienne; Materazzi (18e, 60e sp) pour l’Inter.

L’Inter a conservé son titre de champion alors qu’il reste encore 5 journées à disputer,15 points sont encore en jeu et le club lombard possède 16 points d’avance sur son dauphin, la Roma, Il s’agit de son premier titre acquis sur le terrain depuis 1989, le Scudetto 2006 lui ayant été attribué à la suite de l’implication de la Juventus et de l’AC Milan dans le scandale des matches truqués, mais ce Scudetto remporté en coulisses n’avait pas la saveur des grandes victoires, laissait un goût forcément amer.
A Sienne, les Nerazzurri se sont imposés grâce à un doublé de Marco Materazzi. Le champion du monde, a d’abord marqué à la suite d’un corner (18) puis, alors que le score était de 1 à 1, il n’a pas tremblé pour marquer, en s’y reprenant à deux fois, sur un penalty décisif (63).
La fin du match fut très pénible pour les Intéristes, tendus et nerveux à l’approche du but, tandis que les Toscans attaqués. Mais avec vaillance, ils ont tenu bon. Pour être couronné, le club Milanais a également profité de la défaite de la A.S Roma sur le terrain de l’Atalanta Bergame (2-1). Une Roma :index: qui était privée de son capitaine, attaquant et meilleur joueur, Francesco Totti, victime d’une blessure.
L’Inter aurait pu être sacré dès mercredi, mais au grand damne de ce dernier et à la surprise générale, il s’étaient inclinés et ce pour la première fois de la saison face à la Roma (1-3) à San Siro. Une victoire aurait alors déjà été synonyme de scudetto. Les Milanais auront donc retardés leur couronnement de quatre jours, au terme d’une saison véritablement exceptionnelle.
Les Milanais étaient réduits au rang de grosse écurie toujours placée mais jamais gagnante en Serie A. Un éternel favori sur le papier qui, au final, voyait le titre lui filer entre les pieds, en témoigne leur classement, souvent 2ème ou 3ème du championnat. Mais avec les arrivées à l’intersaison de Patrick Vieira, Zlatan Ibrahimovic, Olivier Dacourt, Maicon et Grosso, pour ne citer qu’eux la, visant à renforcer un effectif déjà bien fourni en stars avec entre autres Luis Figo, Adriano, Crespo et J.Zanetti. :ron:

Mancini sur un nuage.
Tout juste auréolé du titre de champion d’Italie, l’entraîneur de l’Inter, l’Italien Roberto Mancini, estime que sa formation a réalisé un championnat extraordinaire “C’est une émotion immense parce que l’équipe a fait un championnat extraordinaire. Et gagner de cette façon, à 5 journées de la fin, c’est une chose exceptionnelle”, s’est félicité l’entraîneur Roberto Mancini, ému et radieux sur la pelouse du stade de Sienne.
Et d’ajouter “L’été dernier (…), nous avons remporté le championnat de la justice. Cette année, il repose sur notre vécu quotidien, sur le terrain et sur des matches difficiles”, estimait il y a quelques jours l’entraîneur Roberto Mancini.
Son équipe a effectivement aligné des performances à donner le vertige, en témoignent les 26 victoires et 6 nuls pour une seule 1 défaite (avec 68 buts marqués et 29 encaissés). Mieux, entre la 8e et la 25e journée, le club a remporté ses 17 matches, établissant un record Européen.
L’Inter semblait sans adversaire, promis à ce titre tant recherché. Force est de constater que cette saison, rien ni personne n’a résisté au rouleau compresseur milanais de l’autre côté des Alpes. Figo et consorts ont écrasé la concurrence, l’intérêt du championnat résidant essentiellement dans le fait de savoir qui réussira à accrocher la place de dauphin !
Au-delà des chiffres, l’Inter a proposé un jeu cohérent, basé sur un très fort collectif. Une chose qui n’avait rien d’évidente avec un effectif qui regorge de stars et de fortes têtes, comme Vieira, Ibrahimovic ou Adriano, et c’est sans doute ce collectif qui caractérise le plus l’Inter de 2007, puisque ce n’est pas la première fois que le club du président M.Moratti déborde de stars ( Ronaldo, Zamorano, R.baggio…), et à chaque saison les Intéristes recrutaient à coups de millions et en flambaient les mercatos, comme en témoigne leur liste de joueurs « tous des internationaux ».
Le mérite en revient à Mancini. Le technicien a su imposer ses choix sans que cela ne suscite de vagues. ” Mancini a une Ferrari à sa disposition, mais tout le monde ne sait pas conduire un tel bolide. Mais, lui, il a démontré qu’il savait le faire », analysait samedi Cesare Prandelli, son homologue de la Fiorentina, dans La Gazzetta dello Sport.
Avec 84 points après 33 journées disputées, l’Inter Milan ne peut plus être rejoint au classement par l’AS Roma (68 points).

L’Europe le point noir.
Reste que si l’Inter a survolé le championnat italien, le fiasco a été total en Ligue des Champions, une Coupe qui n’a plus orné la salle des trophées milanaise depuis 1965 ! Désignés grand favori de la compétition, les Nerrazzuri ont fait leurs valises dès les 8es de finale, tombant sans les honneurs face au FC Valence (2-2, 1-1). Une élimination sans perdre, cela a de quoi en frustrer plus d’un. Résultat, le match retour restera dans les annales et tristement célèbre en raison des violents incidents qui ont eu lieu au coup de sifflet final, les joueurs des deux formations ayant plus des allures de catcheurs que de simples footballeurs.

L’Inter a régné dans son pays comme jamais personne encore ne l’avait fait 8-) . Un bien beau cadeau d’adieu au président Giacinto Facchetti, décédé en septembre dernier à l’âge de 64 ans.
“C’est maintenant ou jamais”, avait déclaré en début de saison le président Massimo Moratti. Il a été entendu.
Au terme d’une saison qui peut être plus belle encore si l’Inter remporte une 6e Coupe d’Italie (finale contre la Roma les 9 et 17 mai) leur troisième consécutive. :lol:

keep looking »